Actualités | Kobo Writing Life France

Nos meilleurs conseils pour réussir le NaNoWriMo

Par Cali Keys.

Les feuilles des arbres tapissent le sol des ruelles, les comédies de Noël emplissent les rayons des librairies (déjà !) et les soupes à la courge deviennent nos principaux repas. Cela signifie donc… ? Que l’automne est là ! Et qui dit automne et mois de novembre dit aussi NaNoWriMo ! Pour que le challenge se passe le mieux possible, je vous donne quelques conseils pour profiter de cette aventure.

Petit rappel pour celles et ceux qui se demandent ce qui se cache derrière ce drôle de nom : le National Novel Writing Month est un défi littéraire international qui consiste à écrire 50 000 mots durant le mois de novembre, soit environ 1667 mots par jour. C’est fou, dingue et incroyablement motivant ! Mais pas forcément facile. Pour atteindre la ligne d’arrivée, vous pourrez néanmoins compter sur d’autres passionnés qui seront là pour vous accompagner.

Cette année, Samuel Delage, auteur, scénariste et formateur, vous propose également un coup de pouce complémentaire ! 5 jours et 5 vidéos pour poser les bases de votre roman et vous lancer ensuite dans sa rédaction complète. Découvrez cet atelier qui vous aidera notamment à trouver votre meilleure idée, créer des personnages singuliers et bâtir un plan. Un des participants au challenge bénéficiera d’un accompagnement personnalisé pour atteindre la publication.

1. Débuter le mieux possible

J’ai participé plus d’une dizaine de fois au NaNo et j’ai appris que les premiers jours étaient décisifs pour la réussite du challenge et pour la motivation. Ce qui est devenu rédhibitoire pour moi ? Prendre du retard durant la première semaine d’écriture. Si je ne parviens pas à l’objectif le premier et le deuxième jour, il est très peu probable que je rattrape ces mots perdus durant le reste du défi. 

Il existe quelques rares Nanoteurs qui rédigent la majorité de leur roman durant les derniers jours mais ceux-là demeurent des exceptions.  Je vous conseille donc de tout mettre en place dès le début pour avancer un maximum car cela va booster votre motivation pour la suite. Écrivez 2 000 mots si vous le pouvez, voire 3 000 les premiers jours. Cette avance vous garantira également quelques moments de pause ou vous permettra de mieux gérer les sessions moins productives (on a tous des mauvais jours et c’est parfaitement normal).

Dans plusieurs pays du monde, les NaNoteurs organisent des sessions dès que sonne minuit le 1ernovembre. N’hésitez pas à vous y inscrire et prévoyez du café en quantité !

2. Faire taire son correcteur intérieur et écrire d’une traite

Si vous êtes de nature perfectionniste, ce conseil risque de vous déplaire mais il sera néanmoins salvateur si vous voulez vous lancer dans le NaNo. Écrire un roman en un mois est un pari un peu dingue et qui vous prendra un temps considérable, surtout si vous avez un travail à temps plein. À mon avis, parvenir à concilier l’écriture d’un premier jet avec la correction et la réécriture est impossible (à moins d’avoir trouvé une solution pour ne pas avoir besoin de dormir la nuit).

Durant tout le mois de novembre, le fondateur du NaNo, Chris Bates, conseille donc de faire taire son éditeur intérieur et de viser la quantité plutôt que la qualité (rassurez-vous, en misant sur la première, il avance que vous serez sans doute surpris par la seconde). En effet, en essayant de ciseler votre texte, en revenant sans cesse sur vos chapitres précédents, vous allez perdre un temps précieux. Réservez la phase de correction et de réécriture à un deuxième temps, une fois le mois de novembre terminé.

Pendant ces trente jours, concentrez-vous uniquement sur la rédaction de votre histoire. Essayer également de ne pas abandonner votre texte trop longtemps. Plus vous laissez votre manuscrit de côté, plus cela vous demandera du temps pour vous replonger dans votre intrigue. Si vous n’avez pas beaucoup de temps un jour, prenez tout de même cinq minutes pour relire votre dernière page et, si vous le pouvez, ajoutez-y une ligne ou deux (chaque mot compte, je vous assure), vous garderez ainsi le lien avec votre projet. 

3. Préparer vos séances

L’un des conseils les plus précieux que j’ai très récemment mis en pratique (et je regrette de ne pas l’avoir fait avant car il s’avère redoutablement efficace) est un conseil vraiment basique : avant chaque séance d’écriture, accordez-vous une dizaine de minutes pour noter les actions et les scènes sur lesquelles vous allez travailler lors de votre session. Quelques phrases suffisent pour donner un but et une ligne directrice à suivre. Que doit faire votre personnage, quelles informations sont primordiales à passer aux lecteurs dans ce chapitre, quels personnages doit rencontrer votre protagoniste, quel problème doit-il résoudre ?

Mes séances sont beaucoup plus productives depuis que j’ai mis en place cette stratégie. Essayez et vous constaterez à quel point ces dix minutes de planification sont précieuses et vous font gagner du temps lors de la phase de rédaction !

De plus, à la fin de votre session d’écriture, n’hésitez pas à noter toutes les idées qui vous traversent l’esprit pour la suite de votre intrigue. Vous pourrez également compter ces mots pour votre décompte journalier. 

4. S’organiser et voler du temps au quotidien

Prendre l’habitude d’écrire et instaurer une routine peut vous être particulièrement utile pendant le NaNo. Quel est le moment idéal dans votre journée ? Le matin quand tout le monde dort encore dans la maison, à la pause de midi au bureau, le soir en sortant du travail ou lorsque tout le monde va se coucher ? Testez les solutions qui vous conviennent et tentez de les répéter le plus souvent possible durant le mois.  

Créez-vous un cadre, une bulle ou un rituel pour mettre votre cerveau dans de bonnes conditions.Un café, un thé, prendre place à votre bureau… cela marquera le début de votre session. Chris Baty, le fondateur du NaNo va encore plus loin et conseille même d’avoir un gri-gri d’écriture : « Un objet que vous pouvez porter et qui améliore votre capacité à écrire remplit plusieurs rôles importants. Tout d’abord, il vous aide à faire la transition entre le monde de tous les jours et celui des royaumes fictionnels que vous créez. »

Pour mieux vous organiser, vous pouvez également tester la techniques Pomodoro. Il s’agit d’une technique de gestion du temps inventé par Francesco Cirillo. Elle vise à effectuer des sessions de travail de 25 minutes entrecoupées par 5 minutes de pause. Elle se base sur le principe que vous êtes plus productif et plus agile intellectuellement quand vous prenez des pauses régulières. 

Si vous avez du mal à écrire pendant une à deux heures de suite, vous pouvez fractionner vos sessions d’écriture en deux, en trois voire en quatre. Cette méthode devrait également vous permettre de constater vos progrès. Écrire, ressemble un peu à une séance de sport. Ainsi, plus vous écrivez, plus votre cerveau s’habitue à la tâche créative. Si, lors de votre première semaine vous écrivez 300 mots par séance, il est fort probable que ce chiffre augmente la deuxième semaine…

5. La boite à outils du NaNoteur

Durant toute la durée du NaNo, pensez à emmener un carnet et un stylo avec vous. Réfléchissez à votre histoire, à vos personnages, à vos rebondissements, à la quête de votre héros… et dès que vous avez une idée, notez-la. Vous me direz peut-être qu’avec les smartphones, on peut évidemment prendre des notes, mais le fait de tenir un stylo entre vos doigts et de réaliser le geste même de former les mots possède des vertus magiques pour la créativité ! Je rédige toujours mes plans à la main, j’ai ainsi l’impression que mon esprit se concentre davantage sur les rebondissements et trouve des solutions inédites aux problématiques que je lui propose. Pour moi, c’est une technique testée et approuvée. 

Nous avons tous des temps morts dans notre journée quand nous prenons le bus, le métro, quand nous attendons un rendez-vous chez le médecin ou que nous sommes coincés dans un embouteillage. Ces minutes sont précieuses et peuvent vous permettre d’avancer et de travailler sur vos prochains chapitres !

Autre astuce avec le logiciel Cold Turkey Writer. Le connaissez-vous ? Si les sirènes d’Internet vous font de l’œil et que vous avez besoin d’aide pour vous discipliner, vous pouvez toujours tester ce logiciel. Il vous empêchera d’avoir accès à votre interface d’ordinateur. Vous pouvez choisir un nombre de mots à écrire ou une durée de temps et il vous sera impossible de faire quoique ce soit d’autre tant que votre objectif ne sera pas atteint. Vous pouvez télécharger le logiciel ici.

6. Profiter de l’émulation de la communauté pour rester motivé

Comme vous l’aurez compris, le NaNo est un merveilleux défi. S’il est si apprécié, c’est qu’il donne l’impression de ne pas être tout seul dans cette galère. Eh oui, écrire un roman en un mois n’est pas une promenade de santé ! 

Le site dédié au NaNo est un outil de motivation à lui tout seul. Vous pouvez tout d’abord créer votre compte avec les informations concernant votre projet puis intégrer une cabine (un groupe de romanciers) et échanger avec les autres Nanoteurs durant toute la durée du défi. Il n’y a rien de plus stimulant que de pouvoir discuter avec des personnes qui vous ressemblent et qui partagent le même but.

N’hésitez pas à participer à des word wars, programmez des rendez-vous et allez écrire dans des cafés avec les autres NaNoteurs ! Certes, cela prend du temps d’échanger et de répondre à des messages mais vous en sortirez motivés et plein d’énergie. Vous pouvez vous inscrire dès à présent sur le site dédié au challenge (en anglais).

Quelques mots pour conclure

Gardez en tête que le plus important est d’avancer dans votre roman et de créer une vraie place à l’écriture dans votre vie et dans votre quotidien. Le NaNo est un défi personnel où l’on gagne la satisfaction d’avoir écrit. Ne vous mettez pas trop de pression, l’écriture doit rester un plaisir et le NaNo est là pour vous stimuler. Alors, profitez de cette émulation et lancez-vous dans votre manuscrit. Bon NaNo à toutes et à tous !


Caractéristiques de Cali Keys : adore les palmiers, les Bisounours, les Piña Colada et les fraises Tagada.
Lieu de vie : Suisse après un passage en Californie et des études à Paris.

Déteste se mouiller les chaussettes dans la salle de bains, terminer une boîte de biscuits (y en a plus après) changer le rouleau de papier toilette et arroser les plantes.
Côté édition, elle a publié son premier roman Mon Ex me colle à la peau en 2013 avant de travailler avec des éditeurs comme Milady, Prisma, Charleston, AdA et Hauteville. Son roman, L’amour à pleines dents ! a reçu le prix Diva de la meilleure romance 2017.
Ses genres de prédilection? La romance, la new romance, le new adult, le feel-good et la comédie romantique.
Elle a publié onze romans (et ne compte pas s’arrêter, elle est trop accro) et aime partager sa passion en animant des ateliers d’écriture. Depuis plus de 8 ans, elle soutient et accompagne des primo-romanciers dans leur désir d’écrire.
Elle a également animé la masterclass Romance pour Kobo et participe régulièrement à des tables rondes et des conférences sur l’art romanesque.

1 réponse »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.