De l'art d'écrire

Optimiser votre couverture et votre résumé

Vous avez mis un point final à votre roman, vous l’avez relu (au moins trente-six fois), vous l’avez fait corriger et vous avez effectué une belle mise en page. Bravo ! Vous avez déjà réalisé une grosse partie du travail nécessaire. Oui, mais… ce n’est pas terminé pour autant !

Si vous souhaitez publier votre livre en autoédition, il reste encore un peu d’investissement personnel à fournir avant de rencontrer votre public. Qu’est-ce qui donnera envie à un lecteur de sélectionner votre roman ? La couverture, le résumé et peut-être même un beau visuel sur les réseaux sociaux. Voilà quelques conseils pour réussir à les confectionner au mieux. C’est parti !

La couverture : une arme de séduction massive

Quelques secondes pour convaincre

Nous savons, en tant que lecteurs ou en tant que professionnels de l’édition, que la couverture est un élément déclencheur de la vente. Si elle ne convainc pas, le roman ne se vendra pas. Des auteurs autoédités en ont d’ailleurs fait l’expérience : en changeant leur couverture, ils ont pu repositionner leurs livres et faire décoller le classement es ventes. 

Quand on se lance sur le marché de l’autoédition, il est préférable de garder en tête que le rendu doit refléter votre professionnalisme. Et croyez-moi, une couverture qui manque de sérieux vous catégorisera très vite auprès des lecteurs comme un amateur, et cette erreur-là ne pardonne pas.

Ainsi, si vous ne maîtrisez pas les logiciels de graphisme, trouvez un graphiste et commandez-lui un projet. Certes, cela représente un investissement mais cela serait dommage de passer à côté de votre public à cause d’un emballage raté, alors que votre roman est une pépite ! Si vous êtes à l’aise et que vous vous lancez dans la réalisation de votre couverture, soyez tout de même attentif aux droits relatifs à l’image que vous avez sélectionnée (vous trouverez plus de précisions dans cet article). 

Des codes à prendre en compte

Une couverture doit refléter l’univers de votre roman, elle aura donc un style qui lui est propre. Mais elle doit aussi permettre au lecteur d’identifier rapidement son genre. Pour les thrillers, nous pourrons voir des ombres, des couteaux et du rouge sang, pour la chick-lit des illustrations stylisées, pour les romances des couleurs pétillantes et du rose et pour les romances de Noël en particulier, des sapins, des cadeaux et des flocons de neige… Chaque détail et chaque élément présents vont transmettre une information qui sera analysée en quelques secondes. 

Vous pouvez ajouter un sous-titre qui servira d’accroche pour annoncer votre intrigue ou préciser le genre : « Romance », « Thriller » ou simplement « Roman ».

Un maître-mot : la lisibilité 

Il vous faudra également une police d’écriture agréable et surtout lisible pour présenter le titre de votre roman et votre nom. Pensez bien que votre couverture peut apparaître en tout petit sur un écran de Smartphone et qu’elle devra quand même se distinguer ! Faites le test en plusieurs formats pour constater les limites de la lisibilité et l’améliorer, si possible (taille, mais aussi couleur et positionnement). Le plus souvent, on dispose le texte sur les parties unicolores les moins chargées.

Chacune des informations présentes aura une taille différente (le titre est plus gros en général, puis viennent votre nom, le sous-titre, un logo…). N’oubliez pas que, sans éditeur, votre nom est votre marque éditoriale. Mettez-le en avant !  

Les conseils en +
Afin d’affiner vos observations, n’hésitez pas à vous rendre en librairie ou à regarder les couvertures des livres qui se vendent le mieux dans les classements des librairies en ligne ! C’est une mine d’or pour réaliser une étude sur les codes qui fonctionnent auprès d’un lectorat. 
Vous pouvez également impliquer votre communauté sur les réseaux sociaux pour avoir des avis constructifs et demander à vos abonnés quel projet de couverture ils préfèrent parmi vos différentes options. Cela vous permettra de tester la réalité du marché sur un petit échantillon et d’avoir confiance en votre couverture ! 

Le résumé ou l’art de dire beaucoup en peu de mots

Un dosage délicat 

Autant se l’avouer, rédiger son résumé relève souvent d’un casse-tête ! Un synopsis d’une page représente déjà un sacré challenge mais le fait de résumer son roman en quelques lignes n’est pas une mince affaire. D’autant plus lorsque l’on sait que ces quelques lignes ont pour but de séduire voire de happer le lecteur. 

Un résumé doit en révéler suffisamment pour donner envie mais ne doit pas raconter toute l’intrigue sous peine de spoiler le lecteur (et le lecteur, ce petit coquin, aime la surprise, ne l’oublions pas). Alors, surtout, ne divulguez pas la fin de l’histoire !

On doit rapidement comprendre qui sont vos protagonistes et l’enjeu de l’histoire, la quête qui les attend dans le but de susciter de l’intérêt et de la curiosité auprès de vos lecteurs potentiels. Vous pouvez notamment indiquer les éléments déclencheurs qui vont mener votre héros ou héroïne à bouleverser sa vie et son équilibre.

Un style et un univers déjà bien présents 

Dès les premiers mots, vous devez être incisif, percutant et montrer le ton de votre roman. Restez fidèle au style que vous y avez développé. Essayez également de définir ce qui rend votre livre spécial et qui résulte de tout votre travail personnel d’imagination et de recherche.

Vous êtes l’auteur et vous connaissez par conséquent les moindres détails de l’intrigue. Ce n’est pas le cas de votre futur lecteur. Prenez du recul et mettez-vous un instant à sa place. Quels détails cruciaux caractérisent le mieux votre récit ? Le prénom des personnages principaux, leurs métiers, l’époque et les lieux dans lesquels ils vont évoluer peuvent être des détails importants. Ne perdez pas de vue l’importance de vos personnages car ce sont eux qui constituent la matière première et le cœur de votre roman. Il est donc important que l’on s’attache à votre protagoniste tout de suite, dès les premiers mots. 

Un exemple concret 

Voici le résumé de mon roman Des cookies pour Noël :

Célia rêve de devenir romancière à succès. Chaque jour, pour peaufiner son manuscrit, elle se rend dans son petit café préféré, « Les cupcakes de Manon ».
Alors que les fêtes de fin d’année approchent, entre les fournées de pain d’épice à préparer et le hall de l’immeuble à décorer, Célia ne sait plus où donner de la tête. C’est alors que son nouveau voisin, le craquant mais arrogant Thibault-le- rabat-joie, vient lui mettre des bâtons dans les roues. Pourquoi déteste-t-il autant les guirlandes, les biscuits et l’esprit de Noël ?
Quand Manon, son amie pâtissière, rencontre des difficultés financières, Célia est bien décidée à tout faire pour l’aider. Parviendront-elles à sauver la boutique grâce à la magie de Noël ?

Ici nous commençons par faire la connaissance de la protagoniste et nous découvrons quel est son rêve, cela sera donc son moteur. Nous avons également des éléments contextuels : son café préféré et la période de l’année (Noël) qui joue en elle-même un rôle clé dans le roman. Nous savons qu’elle va faire une rencontre déterminante (on flaire bien l’histoire d’amour grâce à ce Thibaut rabat-joie) et enfin nous avons un enjeu supplémentaire qui est annoncé avec le café qui est menacé de fermeture. L’ambiance transparaît également avec les nombreuses références à la saison festive de la fin de l’année. Et le tout en une centaine de mots ! 

Les conseils en +
N’hésitez pas à vous amuser autour de cet exercice d’écriture et rédigez plusieurs textes. Vous pourrez ensuite constater lequel est le plus percutant. 
Certains auteurs optent pour un extrait de leur roman… mais il faut bien le choisir afin qu’il soit représentatif de l’ensemble et démontre un style accrocheur. 
Vous pouvez ajouter à votre résumé une courte biographie incluant vos autres ouvrages.

Créer des visuels professionnels pour votre communication

Le lancement : une étape cruciale 

Avant même la parution de votre roman, vous pourrez prévenir vos abonnés sur vos réseaux sociaux (les sites de vente proposent en général la possibilité de lancer des précommandes) de la publication imminente de votre livre. 

Pour ce faire, vous allez avoir besoin d’un beau visuel ! Vous avez certainement déjà vu passer sur votre fil d’actualité de très jolies images avec la couverture d’un livre sur une liseuse par exemple. Vous vous êtes peut-être dit que ces images avaient été créées par des professionnels et que, malheureusement, vous ne pourriez jamais attendre ce niveau ? Rassurez-vous, je vais vous donner deux sites Internet qui vous permettront de produire des visuels magnifiques de manière très simple. Croyez-moi, si j’y arrive alors que je suis une quiche finie en mise en page et en graphisme, vous pourrez y arriver aussi !

Deux sites gratuits pour vous aider

Ce premier site vous permet d’obtenir des visuels en 3D de votre roman : https://diybookcovers.com/3Dmockups/#

 Il vous suffit de choisir quel rendu vous souhaitez (votre roman sur une liseuse par exemple) et de télécharger votre couverture. Résultat ? Vous avez dorénavant la base de votre visuel. Petit conseil : téléchargez-le au format PNG.

Pour trouver un fond adapté, rendez-vous sur Canva : https://www.canva.com

Ce site vous propose de manière gratuite (il existe une version payante mais elle n’est pas nécessaire) des photos et des modèles que vous pouvez utiliser pour vos réseaux sociaux. Il vous suffit de sélectionner une photo qui vous plait et qui évoque votre univers, d’insérer ensuite l’image de votre roman créée à l’étape précédente et d’ajouter le logo de la plateforme de téléchargement où les lecteurs pourront trouver votre livre.

Vous pouvez également réfléchir à quelques mots clés qui accrocheront vos lecteurs potentiels et qui leur donneront envie de découvrir votre histoire. Pour ma série « My life » disponible sur Kobo, voici ce que j’avais fait :

L’idée est de communiquer rapidement des informations sur l’univers de votre roman. Et si vous êtes à l’aise sur cet outil, vous pourrez même vous lancer dans la conception de votre couverture ! Alors, vous êtes prêt à essayer ?

Quelques mots pour finir 

J’espère que ces quelques conseils vous aideront à publier votre roman avec un peu plus de confiance (je sais à quel point l’on peut se sentir fébrile et stressé à ce stade). Et si vous profitiez des vacances pour réaliser votre couverture, écrire votre résumé, préparer vos visuels… et concrétiser enfin ce rêve que vous portez peut-être depuis très longtemps ?

De notre côté, on a hâte de vous lire !

Caractéristiques de Cali Keys : adore les palmiers, les Bisounours, les Piña Colada et les fraises Tagada.
Lieu de vie : Suisse après un passage en Californie et des études à Paris.

Déteste se mouiller les chaussettes dans la salle de bains, terminer une boîte de biscuits (y en a plus après) changer le rouleau de papier toilette et arroser les plantes.
Côté édition, elle a publié son premier roman Mon Ex me colle à la peau en 2013 avant de travailler avec des éditeurs comme Milady, Prisma, Charleston, AdA et Hauteville. Son roman, L’amour à pleines dents ! a reçu le prix Diva de la meilleure romance 2017.
Ses genres de prédilection? La romance, la new romance, le new adult, le feel-good et la comédie romantique.
Elle a publié onze romans (et ne compte pas s’arrêter, elle est trop accro) et aime partager sa passion en animant des ateliers d’écriture. Depuis plus de 8 ans, elle soutient et accompagne des primo-romanciers dans leur désir d’écrire.
Elle a également animé la masterclass Romance pour Kobo et participe régulièrement à des tables rondes et des conférences sur l’art romanesque.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.