De l'art d'écrire

L’angoisse de la page blanche : nos 5 conseils pour se relancer !

Il n’est pas toujours évident de trouver l’étincelle, la motivation pour se lancer dans son projet, plus encore quand rôde une angoisse bien connue : celle de la page blanche. La seule idée de caler et de perdre son élan peut parfois suffire à stopper net l’envie d’une session d’écriture, plus encore quand elle s’installe dans le temps.

Pour parer au mieux à ces craintes et ces angoisses, nous vous proposons une compilation de cinq conseils de notre cru pour trouver de quoi nourrir votre motivation, et laisser loin derrière soi l’angoisse de la page blanche. C’est parti !

Et surtout, n’oubliez pas : le seul rythme qui compte est le vôtre. En ces rudes temps de confinement, parfois certes propice à l’écriture et aux nouveaux projets (quand on le peut !), nul besoin de s’ajouter encore plus de pression. Se faire plaisir et s’accorder des moments d’évasion n’a jamais été si important : écrivez, mais quand vous le voulez !

  • Noter, noter, et piocher dans ses propres idées

Les idées viennent le plus souvent au moment où on s’y attend le moins, car l’esprit vagabonde et se débloque d’un coup alors que l’on est occupé à autre chose. La parabole de la douche est un grand classique en la matière ! Il ne faut alors pas hésiter à noter ses idées, même les plus simples : elles peuvent devenir le terreau d’une ramification de nouvelles possibilités. Vous pourriez avoir de belles surprises en vous relisant dans un moment de cale sèche, alors que vous aviez complètement oublié ces pistes pourtant prometteuses !

  • En parler avec d’autres 

L’écriture peut être une activité très solitaire, plus encore quand on n’ose pas forcément partager encore ses textes. Cependant, que l’on ait envie de faire lire ou non son travail, en cas de panne, un outil peut s’avérer très précieux : l’écoute et l’émulation, qui peuvent faire des miracles sur l’imagination.

Il arrive qu’en déroulant à l’oral ce qui nous bloque, notre vision des choses s’éclaire soudain, car le formuler à une autre personne nous oblige à ordonner nos pensées et trouver un cheminement clair et limpide. Et en partageant à l’autre ce que l’on aime dans notre texte et nos personnages, l’enthousiasme revient bien souvent au galop !

Trouver un partenaire pour se motiver peut également être un bon déclencheur, pour peu de ne pas oublier de le faire dans un esprit de soutien mutuel et de plaisir partagé. Ne vous mettez pas la pression en vous comparant : soyez enthousiaste, et partagez vos victoires.

  • Varier et rafraîchir ses sources d’inspirations

Il arrive qu’un projet cale alors que l’on a parfaitement en tête ce qu’on veut en faire, mais sans plus savoir comment le rendre intelligible au lecteur. Parfois, nos habitudes et notre routine sont finalement nos pires ennemis !

Étendre ses horizons et s’offrir un œil frais et curieux sur de nouvelles œuvres peut alors être un excellent moyen de retrouver l’envie de tester et d’écrire. Que ce soit un nouvel auteur à découvrir, un film particulièrement inspirant, ou une autre forme de narration comme la bande dessinée, le jeu vidéo ou le théâtre, la nouveauté peut être salvatrice, en plus d’être source d’enseignement. Soyez curieux ! Et en plus, vous vous faites plaisir 😉

  • Écrire sur autre chose

cathryn-lavery-fMD_Cru6OTk-unsplash

Parfois, on a beau faire, rien ne vient en rapport avec le projet en cours. Dans ce cas, rien ne sert de se forcer à s’asseoir derrière son ordinateur pour au final mieux procrastiner sur les réseaux sociaux. Il n’en ressortira que frustration et culpabilité d’avoir perdu votre (précieux) temps sans rien faire de productif. Une astuce qui fonctionne dans ce cas de figure : écrivez autre chose, ce qui vous passe par la tête — pensées, idées, listes de courses, voire… journal de confinement, c’est à la mode en ce moment ! Ceci vous permettra de décharger votre esprit de ce qui le préoccupe et qui entrave ainsi votre créativité, tout en faisant taire votre critique intérieur. Julia Cameron dans son ouvrage de référence Libérez votre créativité ne dit pas autre chose en conseillant de commencer sa journée avec les pages du matin. Pour elle, les pages du matin sont l’outil principal de la reconquête créative. En couchant sur le papier les pensées qui vous bloquent, vous vous arrêtez de vous juger pour vous permettre d’écrire tout simplement.

  • Être indulgent avec soi-même

Votre premier lecteur, c’est vous. Et c’est bien à vous que vous devez vous faire plaisir en premier lieu. La recherche de la performance, ou la comparaison avec d’autres auteurs perçus comme plus productifs, sont souvent parmi les facteurs de découragement les plus importants. Au fond, peu importe que vous ayez écrit cinq mots, cinq minutes, cinq heures : le principal est de s’être lancé et d’avoir nourri votre projet, fusse d’un paragraphe ou deux. Pas après pas, il continuera de grandir.

                                                                🌟 🌟 🌟 🌟 🌟

Vous avez vous-même des astuces et recommandations pour vaincre la page blanche, ou vous avez été victime de panne sèche pendant la rédaction de votre roman ? N’hésitez pas à ajouter votre pierre à ce modeste édifice en nous racontant cela en commentaire !

Nous espérons que ces quelques conseils saurons vous aider à vous débloquer, et nous avons hâte de vous lire. À bientôt sur Kobo Writing Life !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.