De l'art d'écrire

En tête-à-tête avec Jérôme Dumont

Toutes les deux semaines, des auteurs Kobo Writing Life vont se prêter au jeu des questions / réponses et seront mis à l’honneur sur le blog. Vous aurez ainsi l’opportunité d’en savoir un peu plus sur leur goût pour l’écriture et leurs influences. Les auteurs n’hésiteront pas à partager des conseils et astuces pour celles et ceux qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’autoédition ou qui hésitent encore.

Portraits d'écrivains

Aujourd’hui, c’est au tour de Jérôme Dumont de partager les lectures et les auteurs qui l’ont marqués, et de nous parler de ce qui l’inspire pour ses romans.

Quand avez-vous découvert votre passion pour l’écriture ? Y a-t-il un livre en particulier qui vous a donné l’envie d’écrire ?

J’ai beaucoup rédigé professionnellement, avec des contraintes de clarté, de concision, ainsi que le fait d’exposer des faits et d’argumenter, ce qui m’a donné une facilité à me mettre derrière le clavier.
En revanche, s’agissant de roman, le déclic est venu après l’accumulation de différentes expériences de vie, professionnelles, et une envie de donner vie à des personnages.
Quant à un livre particulier qui m’aurait donné l’envie d’écrire, il y en aurait tant… Disons que j’apprécie énormément les séries, où les personnages évoluent. J’avoue un faible pour les enquêtes du commissaire Montalbano ou des aventures de Jack Aubrey.

Quel est l’écrivain qui vous a le plus inspiré ?

Patrick O’Brian.

Quel est le meilleur conseil que vous ayez reçu en tant qu’écrivain ?

En matière de structure, il ne faut pas s’imposer de règles strictes à suivre.

Où puisez-vous l’inspiration ?

Partout ! Une conversation, un dialogue, une image, une situation et tous les petits riens qui font la vie de tous les jours peut être le point de départ d’un chapitre, ou même d’un livre.
Je note ainsi des mots, des phrases, des situations dans mon téléphone qui me servent par la suite. Ou pas.
Quant à l’intrigue de Jeux dangereux, mon premier roman, elle m’est venue d’une part de mon expérience dans le domaine du jeu vidéo et de différents articles concernant l’utilisation des données personnelles des utilisateurs de smartphone. Ajoutez une pincée d’une autre expérience professionnelle, d’avocat cette fois et, à partir de là, l’imagination a fait son œuvre…
Une aventure en entraîne souvent une autre : jusqu’à présent, lorsque je dénoue une histoire, il me vient l’idée générale de la suivante. Ça commence toujours par un « Et si…? ».

Où écrivez-vous habituellement ?

Derrière mon ordinateur portable, aussi bien à mon bureau que sur le canapé ou dans un café.

Qu’est-ce qui vous a conduit à l’autoédition ?

J’avais autopublié en 2011 un livre témoignage, à la base destiné à un public restreint qui, à ma grande surprise s’est relativement bien vendu sur les différentes plateformes.
Dès lors, le réflexe autoédition a été quasi-naturel lorsque j’ai écrit mon premier polar. Ayant la chance de maîtriser la technologie, cela n’a pas été un obstacle et cette expérience m’a permis de lier directement connaissance non seulement avec des lecteurs mais également avec bon nombre d’auteurs autoédités. Des rencontres virtuelles extrêmement enrichissantes dans un domaine où beaucoup de choses restent à découvrir et à faire. L’autoédition est un vivier incroyablement actif, une communauté qui innove et bouleverse les règles. Par la gamme de prix pratiquée, elle rend les ouvrages plus accessibles et surtout elle permet aux lecteurs de découvrir de nouveaux auteurs et de juger par eux-mêmes, sans filtre.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un auteur qui souhaite se lancer dans l’aventure de l’autoédition ?

Soyez-vous même, écrivez ce que vous avez dans la tête, sans vous censurer d’aucune façon.
Relisez-vous, encore et encore. Soyez critiques envers vous même. Faites relire à de parfaits inconnus. Corrigez, traquez les fautes et les coquilles. Traquez-les encore. Et encore.
Ne vous hâtez pas à publier. Ou plutôt, hâtez-vous lentement !
Préparez une belle couverture, faites-vous aider au besoin. Parlez de votre livre en allant piquer la curiosité des lecteurs.
Une fois que tout ceci est fait, recommencez 😉

Sur quel projet travaillez-vous en ce moment ?

Après avoir bouclé un projet dans un genre qui m’était totalement étranger, j’ai écrit la suite des aventures de David Atlan : Le dessous des cartes. Encore une première puisque ce roman en contient en fait deux. Le résultat : un ouvrage de 100 000 mots, soit un peu plus du double de mes habitudes !
J’ai récemment entamé un autre projet, cette fois-ci un thriller mettant en scène pas moins de dix personnages différents ! Dix amis de longue date qui se réunissent pour une randonnée au bout du monde où petits et grands secrets vont ressurgir. Et, inévitablement, un mort (au moins !). C’est un peu « rendez-vous dans dix ans » qui tourne mal, mais surtout une occasion d’explorer les relations entre tous ces personnages, leurs craintes, leurs rêves, leurs espoirs – déçus ou non. Bref, ce qu’on peut qualifier de thriller psychologique mettant en scène des hommes et des femmes presque ordinaires !

Avez-vous en tête un objectif que vous souhaitez atteindre mais que vous n’avez pas encore accompli ?

Trouver le temps pour écrire tous les romans que j’ai en tête !
Écrire des séries, c’est formidable au niveau des développements de personnages principaux et secondaires mais cela crée également une accoutumance : j’ai envie de les retrouver le plus vite possible !
Sans parler des projets indépendants des séries actuellement en cours…

Quelle est votre lecture du moment ? Votre genre favori ?  

Polar, thriller, espionnage, aventure, historique ou non, romans et même chick-lit. Il y a tant de genres !
Au delà du genre, c’est l’histoire qui m’intéresse et le goût de la dévorer !
J’ai récemment terminé le dernier ouvrage d’une auteure britannique indépendante, Terry Tyler, The house of Yorks – une auteur rencontrée sur Twitter avec qui j’ai sympathisé. Son dernier roman est une saga familiale qui, au détour des pages sombre dans le roman noir. Une écriture impeccable dans un anglais « britannique » qui me transporte en Grande-Bretagne plus vite que n’importe qui. Cette auteur prolifique vient également de sortir un thriller qui tourne autour de… l’autoédition ! Best-seller est l’occasion d’une plongée dans le petit monde de l’autoédition et de l’édition. Un thème à ma connaissance jamais abordé avec une intrigue passionnante !
J’ai ensuite découvert la saga des Crèvecoeur, d’Antonia Medeiros – j’en suis au 2e tome. Magnifiquement écrite, cette autre saga révèle des détours et mystères parfaitement inattendus !

Rossetti & MacLane, David Atlan et Lisa Marmara: tous vos personnages vont par paire ?

Au moins ! D’une part, cette dualité permet aux personnages de se « challenger » les uns les autres, d’autre part, elle leur permet également d’évoluer, ensemble ou séparément. Certains sont entourés de personnages secondaires, comme Rossetti & MacLane, alors qu’Atlan et Marmara sont deux solitaires réunis presque par hasard. Tous se confrontent, s’opposent, se complètent, s’apprécient, s’aiment ou parfois se détestent. Certains vivront des relations intimes, d’autres sont condamnés à ne pas en avoir et à vivre avec. Ce qui fait donc beaucoup de choses à dire… !


Vous avez envie d’embarquer pour une croisière de rêve à bord d’un bateau de légende ? Retrouvez les héros de Jérôme Dumont, Rossetti & MacLane, dans Tension à bord.

Histoire :

Bien plus qu’une enquête, c’est une aventure maritime que vont vivre Rossetti, MacLane et leurs amis sur un bateau de croisière mythique, le Queen Mary 2.
Malgré l’ambiance romantique, ils devront quitter leurs tenues de soirée pour faire face à des passagers surprises bien décidés à leur gâcher leur voyage… Les talents d’enquêteur de Rossetti, les compétences technologiques de MacLane, et la bonne volonté de Martinez et Chloé suffiront-ils à sauver leurs vacances ?
Embarquez dans cette septième aventure et vivez l’expérience d’une croisière… inoubliable !

 

>> Tension à bord <<

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s